soupe : crème de chataîgnes à l'anis

Publié le 14 Octobre 2010

Photo personnelle du 10/10/2010

2010 10 10 Tiffauges (51) Chataignes 

Bonjour, bonjour,

 

Dans notre existence, on vie quelquefois des moments de grâce imprévus. C'est ce qui s'est passé ce soir.

D'ailleurs, c'est sur les "ordres" de mon mari que je suis actuellement devant mon clavier.

 

Dimanche après midi, il faisait un temps superbe. Nous sommes allés faire une petite ballade. Hélas, nous n'avions pas prévu rencontrer autant de "nourriture" sur place. Je peux déjà vous dire qu'on n'hésitera pas à retourner dans ce coin.

 

- les mûres, j'ai déjà fait de la gelée

- les noisettes semblaient encore jeunes

- les pissenlits étaient à nouveau en fleurs, donc un peu durs

- les nèfles (c'est la première fois que j'en voyais de sauvages) n'ont pas encore pris la gelée

- les baies d'églantiers ou cynorrhodon (je n'ai jamais essayé, mas il faudra que je tente)

- les champignons, il y en avait pas mal, mais rien pour les ramasser

- les chataignes, il y en avait à plus savoir qu'en faire.

  

 

J'oublie quelques marrons que j'ai mis dans ma poche, pour soigner les rhumatismes, comme a fait pendant si longtemps mon grand père. Conclusion : c'est vrai que la nature est généreuse, particulièrement à cette saison !   Pourquoi l'homme s'évertue-il à la saccager ?

 

Ce petit moment d'"émoss" passé, revenons aux chataîgnes. Personnellement, je n'aime pas cela. Je trouve que c'est farineux et d'un goût écoeurant. Mais comme j'aime mon mari, pour lui faire plaisir, j'en ai rempli mes poches de vestes bien décidée à lui faire un bon petit plat. Aie ! les doigts ! Ca pique ! 

 

Rentrés à la maison, la balance affichait 492 g. Et tout à la main et à la patience, j'ai d'abord avant hier, retiré la première peau. Hier, je les ai plongées dans l'eau et fait bouillir jusqu'à ce que la seconde peau se retire relativement facilement. Mais aujourd'hui, qu'est-ce que je vais en faire ?  Elles s'étaient plus ou moins disloquées !

 

Je cherche sur Internet. Ne me croyez pas si vous  voulez, mais dès le titre de la première recette trouvée (velouté de chataîgnes au fenouil), je n'ai même pas cherché à lire les explications, mon idée était là. Le fenouil, encore une chose que je n'aime pas : j'allais adapter.

 

  • J'ai d'abord fait cuire pendant 20 mn les chataîgnes dans très peu d'eau.
  • J'ai rajouté deux cubes de bouillon de volaille. (Pas de sel)
  • Puis j'ai mixé, mixé, mixé, jusqu'à l'obtension d'une crème. (Jamais je n'aurais imaginé que des chataîgnes puissent donner cette onctuosité).
  • Si c'est trop épais, rajoutez de l'eau ou du bouillon.
  • Hors cuisson, pour que le goût ne s'évapore pas, et presque au moment de manger, mais toutefois assez pour que les parfums se mélangent (vous avez compris, j'espère ?), j'ai rajouté au pif (j'évaluerais à environ 1 c à c d'anis vert en poudre.

A la première cuillère avalée, mon mari m'a regardée et m'a dit :   "c'est quoi ça ?... Décidément, j'ai bien fait de t'épouser...( au bout de 32 ans, il a eu le temps d'y réfléchir)  Plus tu inventes, meilleur c'est.... Il faut que t'ailles noter cette recette sur le blog ...".  

 

C'est vrai que j'ai déjà fait des soupes originales qui se sont révélées extraordinaires, comme la soupe à la cacahuète ou la soupe de moules à l'orange, mais là, ca dépasse l'entendement. La caresse de la crème veloutée due à la chataîgne, le légèrement sucré de son goût, la fraîcheur de l'anis vert et sa longueur en bouche ; enfin, bref, j'espère que vous avez compris que c'était excellentissime.

 

Le plus triste dans l'histoire, c'est qu'il n'y en a plus. Il y avait trop peu de châtaîgnes. Je pense déjà à retourner en ballade, car les même fruits venant d'un magasin, n'ont pas la même valeur sentimentale que celles que vous avez vous même  ramassées.

 

S'il vous plait, essayez et dites moi ce que vous en pensez ?

 

Et maintenant :  à vos papilles...

 

 

  

Rédigé par la tite cuisto!

Publié dans #Dais' recettes

Repost 0
Commenter cet article